« Guerre à la Terreur »: faire mourir et faire croire

La guerre de l’information se résuma longtemps à la vieille rhétorique de la propagande adaptée à l’équation « mouvements et massacres de masse plus mass media ». La « Guerre globale à la Terreur », à en croire ses promoteurs néo-conservateurs, devait être le premier épisode de la « quatrième guerre mondiale » (la troisième étant la guerre froide) une guerre menée surtout « pour les cœurs et les esprits ».

Si l’Irak représente le premier grand conflit de l’ère de l’information, il s’enrichit de nouvelles techniques : sa « prévente » idéologique, la gestion de l’attention planétaire et des flux d’images, le formatage des esprits, tout cela est pensé dans une perspective de « dominance informationnelle ». Il faudra désormais analyser les guerres non plus seulement en termes de forces, mais aussi d’information. Et le « I » d’information implique tout à la fois : l’idée, l’inimitié, l’idéologie, l’intelligence, l’image et l’influence. Un projet qui est perturbé autant par ses ratés que la stratégie terroriste d’humiliation symbolique ou par la perte de contrôle sur la vision de la guerre.

Article précédentInfluence et information
Article suivantTerrorisme et médias

Plus de formations