Image, faire-croire et conflit

L’image, le conflit, le faire-croire.

(d’après une intervention au Collège Iconique de l’Institut National de l’Audiovisuel)

Comment fonctionnent les mécanismes du faire-croire ? et quel rôle joue l’image ?

Avant de répondre à ces questions, il faut procéder à quelques rappels théoriques.

L’information peut subir trois opérations qui ne s’excluent pas mutuellement. Pour reprendre un vocabulaire médiologique, il faut distinguer une opération de transmission à travers le temps, une opération de communication à travers l’espace, et une troisième dimension, les opérations destinées à répandre de la croyance et à vaincre des résistances par la propagation. L’information s’impose aussi contre des résistances mentales, des croyances préétablies ou autres convictions contraires. Le faire-croire, tel que nous l’entendrons ici, a un sens que nous pourrions appeler idéologique au sens large.

Cela consiste d’abord à faire

– croire que : convaincre des gens d’un certain nombre de vérités, faire « opiner » l’opinion, lui faire admettre certaines thèses ou certaines réalités comme vraies.

– Mais c’est aussi croire en, adhérer, croire ensemble, s’identifier à des figures collectives.

– C’est aussi, et enfin, croire contre, c’est-à-dire imposer ses croyances contre d’autres qui sont rivales. D’où le besoin de prosélytisme et de réfutation (des erreurs, des hérésies, des contre-idéologiques), donc de lutte qui anime toute idéologie politique, religieuse ou culturelle.

La suite dans le document téléchargeable en PDF ci-dessous.

4bbb9e034af82.pdf

En lien avec cet article