Le secret entre transmission et rétention

Le mot « secret » souffre d’abord d’inflation médiatique : le secret des médecines douces, des cadres qui réussissent, des amours d’un people, du prochain feuilleton de TF1, cela signifie en réalité : scoop, nouveau et excitant, une « nouvelle » peut-être connue de milliers de gens, mais pas encore été publié à des millions d’exemplaires. À l’inverse, le Secret avec majuscule devient facilement système d’explication global. C’est le cas pour toutes les formes d’hermétisme : elles supposent partout des correspondances occultes. Pour elles, Secret est l’autre nom du Monde et toute apparence recèle un sens.

Les variantes séculières de la théorie du complot ne font pas autrement : une conspiration des puissants (gouvernements, groupes occultes ) dissimule sous une « vérité officielle » et force manipulations médiatiques un plan en cours de réalisation. Plan que révèle l’interprétation suspicieuse des fausses apparences. Voir la littérature de type « Da Vinci code » ou les théories pour qui le Onze Septembre est un leurre du complexe militaro-industriel. Aucun avion ne s’étant écrasé sur le Pentagone, et rien n’étant ce qu’il semble la vérité est forcément ailleurs

Une obsession comparable du décryptage nourrit la conviction de ceux qui pensent comme Guy Debord que « le secret domine le monde, et d’abord comme secret de la domination » (il serait donc ce que dissimule le spectacle, le mécanisme ignoré de l’aliénation de l’idéologie et de l’obéissance)..

Même si nous le distinguons bien de l’inconnu, de l’ineffable ou du mystère et de tout ce qui excède nos possibilités cognitives, même si nous nous méfions de la paranoïa qu’il encourage ou du délire d’interprétation qu’il favorise, le secret nous provoque par son omniprésence. Il est le processus par lequel le détenteur d’une information la rend délibérément inaccessible. L’étymologie latine, le verbe secernere qui implique l’idée de séparer, mettre à part, impliquait déjà cette idée.

La forme du secret, les procédés ou procédures par lesquels il perdure, sont donc au moins aussi significatifs que son contenu. La langue anglaise, pour une fois plus précise que la notre, distingue «secret » (l’information dissimulée, cachée, confidentielle, codée, non reproductible, inaccessible…) et «secrecy », le processus par lequel l’information est gardé secrète.

Pour lire la suite, cliquer ci-desous

Voir aussi les livres
Histoire des secrets et
Autour des secrets

Cliquer ici pour lire l’article en PDF

En lien avec cet article