La violence des images I

Comment une image, donc la représentation visuelle de quelque chose, peut-elle contenir ou provoquer de la violence ? Il y a des milliers de réponses à cette question. Telle est du moins l’impression que donne une recherche sur Internet ou dans un bibliothèque universitaire. Par exemple pour les mots « Violence » et « média » l’International Encyclopedia of the social and behavioral sciences recense plus de 3500 études en langue anglaise.

Pourtant, celles-ci ne répondent (ou ne tentent de répondre) qu’à une partie de la question : en quoi des représentations d’événements violents (meurtres, bagarres, tortures, rapports de contrainte et d’humiliation), que ces événements soient réels (actualités) ou imaginaires (oeuvres de fiction) contribuerà faire faire des choses violentes. Plus brièvement : imite-t- ce que l’on voit ? Jusqu’à devenir délinquant, criminel, sadique ?

Dans un premier document téléchargeables ci-dessous, nous tenterons de faire le point sur ce sujet à suivre.

Mais cela laisse intacte la question de fond, dont nous traiterons dans un article suivant : en quoi une image comme une caricature exerce-t-elle une violence sur ceux qui croient en certaines idées ? Quelle puissance traumatisante, quelle capacité d’humiliation fait que quelques coups de crayon provoquent un coup de colère planétaire ?

43fc4c6a8735f.pdf

En lien avec cet article