Les think tanks

Centres de recherche et lieux de pouvoir

Cette expression – littéralement « réservoir à pensée » – désigne des centres de recherche de droit privé à but non lucratif. Ils agitent les idées dans le domaine politique, économique, stratégique, écologique. Ce type d’institutions joue un rôle crucial dans le monde anglo-saxon et surtout américain, d’où l’habitude d’employer cette expression. Une think tank a d’abord une fonction de recherche – produire de nouvelles idées, lancer des débats, faire de la prospective, analyser les enjeux… –.

C’est bien un laboratoire d’idées, mais à la fois orienté sur le monde contemporain et les disciplines sociales au sens le plus large : on ne crée pas de think tank pour étudier l’archéologie ou la physique nucléaire. Aux USA, où le système fiscal favorise leur financement presque autant que celui des fondations philanthropiques, il en existe des centaines. Elles sont généralistes ou, au contraire, se spécialisent qui dans la réflexion sur la société de l’information, qui dans la diplomatie, qui dans les affaires militaires…

Ce qui distingue une think tank d’une institution universitaire, d’un laboratoire de recherche et développement ou d’un club d’intellectuels c’est – outre son statut administratif – sa volonté de peser sur les affaires publiques.

À la pure réflexion s’ajoutent d’autres fonctions, chaque think tank étant plus ou moins vouée à l’une ou l’autre (car certaines se contredisent) :

– inspirer des dirigeants, fournir leur thématique aux partis politiques, être en contact avec les élites politiques, économiques, intellectuelles…

– servir à la circulation de ces élites. Aux USA il n’est pas rare de faire carrière pour partie dans une think tank, pour partie dans la haute administration et dans le privé ou à l’université.

– éventuellement faire rencontrer ces élites au-delà de leurs clivages.

– parfois au contraire être résolument partisane, défendre des valeurs ou des théories et tenter les faire appliquer par leur influence sur presse, les politiciens, les décideurs. Ainsi think tanks américaines comme American Entreprise Institute ou Heritage ont joué un majeur pour la diffusion des idées conservatrices. En France, ce sont les partis qui cherchent plutôt à se doter de clubs pour attirer les cerveaux issus de la « société civile ».

– d’autres fois encore, la think tank se met plus moins ouvertement au service de certains intérêts et fait du lobbying en faveur de telle ou cause.

– elle peut fournir un avis technique et indépendant.

– évaluer des programmes et des politiques. – fournir des experts aux médias pour remplir plateaux ou leurs colonnes.

– servir des carrières, créer des réseaux.

– propager l’influence internationale d’un pays de ses élites.

– mener des contacts internationaux, parfois aux frontières de la diplomatie privée.

Cliquer ici pour télécharger un article de 2001 sur les think tanks aux USA

Voir la conférence de l’IFIE

En lien avec cet article