huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Une bonne théorie de la conspiration...
Une bonne théorie de la conspiration est comme une bonne idéologie (dont elle est souvent le reflet) : totalement à l'épreuve des faits. Elle est capable de résister à n'importe quel démenti de la réalité. Et la plus célèbre de ces théories - celle du onze septembre truqué (avec ses variantes : aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone, regardez les vidéos des Twin Towers, il est physiquement impossible que les bâtiments s'écroulent ainsi, sauf s'ils sont bourrés d'explosifs, etc..) est particulièrement résistante.

La preuve impossible

Le fait que ben Laden - et dans des messages explicites et dans une vidéo découverte en Afghanistan - ait revendiqué les attentats n'avait pas découragé les conspirationnistes. Pas plus que les témoins ou les experts qui certifiaient que des avions pouvaient faire de tels dégâts. Pas plus que le raisonnement par l'absurde : il est techniquement beaucoup plus difficile d'envoyer un missile déguisé en avion sur le Pentagone ou de truffer les Twin Towers de tonnes d'explosif la nuit sans se faire prendre.
Un des conspirationnistes les plus célèbres de la planète est, comme par hasard, le président Ahmaninedjad. Lors de son dernier passage à l'Onu, il s'est livré à un numéro habituel, avec ses allusions à l'Holocauste qui font quitter la salle aux délégations occidentales. Le président iranien a ajouté cette fois que les USA avaient utilisé le "mystérieux" incident du 11 septembre comme prétexte pour envahir deux pays musulmans.Démonstration de leur duplicité : au lieu de traduire ben Laden en justice quand ils en ont eu l'occasion, ils ont fait disparaître le prétendu coupable. Et d'ailleurs, Ahmanihedjad qui sait bien qu'il doit exister des preuves de sa thèse, constate qu'elle ont été dissimulées puisqu'il ne les trouve pas. La mort de ben Laden et l'absence de preuves sont donc des démonstrations irréfutables du trucage. C.Q.F.D.

Sunnites contre chiites

Mais cette fois le président iranien vient de recevoir un démenti qui n'émane ni de la CIA ni de l'association internationale des logiciens, mais d'al Qaïda, très soucieuse de son copyright et qui n'éprouve pas une violente sympathie pour les chiites hâbleurs.
 La revue Inspire, organe chic, anglophone et en ligne de l'organisation jihadiste, vient en effet d'administrer une volée de bois vert à l'Iranien. Non seulement les successeurs de ben Laden revendiquent leur exploit, mais ils se posent à leur tour la question "d'où parles tu ?". En l'occurrence, se demande le rédacteur du numéro 7 : "pourquoi l'Iran souscrit-il à cette croyance ridicule qui est contredite par la logique et par l'évidence ?". Le dirigeant de ce pays qui prétend mener la lutte contre le grand Satan et gagner le cœur et l'esprit des musulmans ne serait il pas de mauvaise foi ? La concurrence de l'organisation sunnite, responsable de la plus grande opération anti-américaine de tous les temps, n'est-elle pas insupportable pour un pays qui, soit dit en passant, n'a guère résisté à l'invasion de l'Afghanistan ? Bref, Ahmaninedjad adopterait une stratégie du déni par dépit. La thèse conspirationniste d'Ahmaninedjad serait elle-même une manipulation destinée à égarer les vrais croyants. Preuve a contrario que pour un idéologue, on ne saurait se tromper innocemment et que tout (et son contraire) s'explique par une cause unique.

 Imprimer cette page