huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Oussama clips : la période nostalgia
Du jihadisme au narcisssme ?

Les cinq vidéos de ben Laden diffusées par les services américains en révèlent elles plus sur son activité réelle ou sur les diffusé en 2007, puisqu'après cela ben Laden s'est contenté de message audio essentiellement.


Autre séquence très révélatrice : un ben Laden vieillissant, avec un méchant bonnet et une couverture, zappe devant sa télé en petit format. Il s'est converti au narcissisme. Il regarde de vieilles vidéos de lui, d'autres images où il apparaît avec Zawahiri. À un moment même, on entrevoit l'image d'Obama sur l'écran, histoire de bien prouver que ben Laden était vivant après l'élection de l'homme qui allait devenir son vainqueur.


On comprend très bien l'intention. Il s'agit de démontrer a) que ben Laden était toujours très actif, pas du tout isolé du mouvement jihadiste avec lequel il communiquait fréquemment b) qu'il était quand même vieillissant et nostalgique de sa gloire passée.


Le problème est que ces images, à trop vouloir persuader, vont se prêter à des interprétation non prévues. Dont certaines, d'ordre conspirationnistes qui vont trouver cent arguments pour démontrer que ce n'est pas ben Laden, ce vieux sous la couverture qui semble regarder un générique du film sur sa vie. On y verra la preuve soit qu'il était mort depuis longtemps, soit qu'il n'est pas mort du tout (sinon pourquoi aurait- on produit des images fausses de lui dans les derniers mois : regardez ce nez, ce ne peut pas être lui, etc..)


Certes, il y aurait toujours eu des interprétations délirantes, mais il n'est pas certain que la stratégie US qui consiste à parler d'images que l'on ne montrera pas, de plans diaboliques que l'on ne révélera jamais et à montrer des images dont on ignorera le son atteigne vraiment son but.


Mais si ces images sont bien authentiques, bien trouvés où l'on dit à la date dite, quel contraste entre elles qui rappellent l'actrice de "boulevard du crépuscule", en train de se repasser les pellicules de l'époque où elle était une star jeune et désirable et le ben Laden producteur des images les plus célèbres et les plus efficaces du monde, il y a presque dix ans.


 Imprimer cette page