huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Manuel de l'artificier jihadiste

Signalé par le Centre International d'Étude de la Radicalisation et de la Violence Politique (ICSR), un curieux manuel jihadiste anglophone publié par le GIMF (Global Islamic, Media Front). Il s'agit de "The explosive course", publié en fin d'année dernière et attribué à l'artificier d'al Qaïda, Abu Khabbab al Masri, le chimiste d'al Qaïda que l'on dit tué par une frappe aérienne en 2008. Comme son titre l'indique, il s'agit d'un manuel de fabrication d'explosifs. Il s'ouvre sur un avertissement préalable : " Ce livre, facilement téléchargeable par des liens sur les forums islamistes, s'adresse aux frères qui ont une compréhension suffisante des risques que comporte à la fois la tâche périlleuse de fabriquer des explosifs et les mesures de sécurité.". Il ajoute en toute franchises qu'en suivant ses instructions "la première erreur sera la dernière". Le lecteur comprendra pourquoi nous ne reproduisons pas les schémas et détails : charges primaires, détonateurs, produits chimiques et moyens de les trouver. Cela couvre un vaste domaine, du cocktail Molotov amélioré ou des bombes au napalm. Ce manuel est visiblement destiné à un public de jihadistes occidentaux, ne parlant pas forcément arabe et plus en mesure de bricoler une bombe avec du matériel trouvé dans les supermarchés de Londres ou de New York que d'aller suivre un entraînement au Waziristan. Le public visé est visiblement un terroriste "autoradicalisé", un "loup solitaire" comme Shahzad, l'homme de l'attentat de Time Square ou Taimour Abdulwaha, le kamikaze de Stockholm. C'est un indice de plus que la stratégie des jihadiste repose de plus en plus sur ces "amateurs" vivant en Occident, sans liens réels avec la structure centrale, souvent maladroits et dont beaucoup échouent, mais dont le nombre se renouvelle constamment. De plus pour parler cyniquement, comme "Spirit", également une publication anglophone jihadiste en ligne : cela ne coûte pas cher.


Cela dit, il ne faut pas s'exagérer la nouveauté, donc le danger réel de tels manuels. Dans les années 70, on trouvait facilement de telles recettes dans l'Anarchist Cookbook, un classique des années 70, ou The Big Book of Mischief, vingt ans plus tard ; la facilité qu'il y a à trouver des recette d'explosifs est proverbiale. Si l'on va par là, à la Belle Époque, les journaux anarchistes publiaient des recettes de machines infernales. Mais comme le montrent un certain nombre d'attentats récents, comme la guerre, le terrorisme est un art tout d'exécution.


 


 Imprimer cette page