huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Intelligence économique : du savoir à l'influence
Interview sur le lobbying


Interview par François Bousquet




 Question

 Deux ou trois mots d’abord sur l’étymologie du mot. D’où vient cette expression de lobbying ?



François-Bernard Huyghe :

Le mot vient du vestibule en anglais, donc l’antichambre du pouvoir, puisque c’est dans les couloirs que les représentants des intérêts particuliers rencontraient, entre deux séances législatives, les élus de la Chambre des communes en Angleterre et de la Chambre des représentants aux Etats-Unis. Depuis, le mot est utilisé par métonymie pour désigner ceux qui s’agitent «dans les couloirs du pouvoir». Voilà pour l’étymologie, mais dans les faits, les lobbies sont des groupes d’intérêts – moraux, civiques, ethniques, régionaux ou surtout marchands – qui tentent de peser  sur la décision publique plus qu’ils ne le feraient par leur seul bulletin de vote, en tant que détenteurs d’une fraction de souveraineté. Ces groupes se reconnaissent des intérêts communs  et se fixent des objectifs précis. Certains ne peuvent être atteints qu’en infléchissant la décision publique.



Q Pourquoi a-t-on un problème en France avec le lobbying ?



FBH Il y a d’abord un problème avec le mot. Outre qu’il s’agit d’un anglicisme, il suscite des réticences. Quelqu’un qui parle du lobby homosexuel, israélien, franc-maçon ou arménien chez nous, est tout de suite soupçonné d’être homophobe, antisémite, obsédé du complot et vendu aux intérêts de génocidaires révisionnistes. Il y a même de fortes chances pour qu’il se retrouve devant les tribunaux, alors qu’un Américain pourra déclarer volontiers avouer faire partie du lobby gay ou juif, comme d’une chose tout à fait honorable. Il n’y a pas seulement un problème avec le mot, mais aussi avec la chose et son principe.



Q C’est-à-dire ?



FBH Nous sommes au pays de la loi Le Chapelier, promulguée en 1791, et qui, sous couleur de proscrire les coalitions, le compagnonnage et toutes les associations censées faire obstacle à la liberté de métier, a été de fait une arme contre les syndicats. On craignait qu’ils soient une résurgence d’Ancien Régime. Il faudra attendre 1884 et la loi Waldeck-Rousseau pour qu’ils soient autorisés, le fait de se constituer en corps pour agir sur la décision publique étant présumé suspect. Dans la tradition républicaine française, la loi doit résulter uniquement de la recherche d’un Bien Commun, transcendant les intérêts particuliers et traduisant la Volonté Générale. À l’inverse, selon la conception anglo-saxonne, si la loi est bonne, elle doit refléter un rapport de force et permettre aux divers intérêts particuliers de s’équilibrer. En France, suivant le concept hérité de Rousseau, le citoyen est censé n’être habité que par la Raison, et non pas mû par la recherche de profits personnels ou entravée par les « brigues » des groupes d’intérêt. Ou pire des « groupes de pression », terme qui évoque des manœuvres occultes empêchant le législateur ou l’administrateur de décider en fonction des seuls critères du bien commun. Cela n’a pas empêché les scandales de corruption de proliférer sous les Républiques successives.



Q C’est une conception un peu vertueuse, pour ne pas dire hypocrite…



FBH Nous avons bien la chose, si nous n’avons pas le mot. Suivant le principe du service public, tout est affaire d’autorité déléguée de l’élection à la loi et de la loi à l’acte administratif. La réalité nous montre une profusion de réseaux, d’amicales, d’associations d’anciens ceci ou de futurs cela, de corporatismes, de regroupements plus ou moins formels. Les gens qui ont à peu près la même culture, les mêmes revenus, les mêmes origines sociales, se retrouvent et se rendent des petits services. La fiction d’une démocratie vouée à l’intérêt général est de plus en plus difficile à soutenir. Un mouvement général pousse à la prolifération du lobbying.



Q La différence entre la France et les Etats-Unis, c’est aussi la volonté de transparence…



FBH Aux Etats-Unis, le lobbying est admis au nom de deux amendements de la Constitution sur le droit d’association et sur la liberté d’expression. Il est soumis à deux conditions : la transparence financière et une déclaration explicite. Le lobbyiste doit clairement s’identifier comme tel et nommer son client. Le lobbying Act a réglementé la profession en 1946. Il a récemment été renforcé à la suite du scandaleAbramoff, puissant lobbyiste, proche du Parti républicain, accusé d’escroquerie et de corruption de responsables politiques.

Mais la transparence n’est pas seulement assurée par cette obligation de déclaration. Il existe des associations ou ONG qui surveillent les lobbyistes suivant le principe du « chien de garde » (watchdog) et qui ont fort à faire. Des centres d’information américains comme Sourcewatch ou Prwatch suivent au jour le jour les activités des professionnels du lobbying, leurs campagnes et leurs succès. Une transparence dont nous sommes loin de bénéficier en Europe. Ils ont épinglé, lors de la dernière campagne présidentielle, le conseiller pour les affaires étrangères de John McCain, Randy Scheunemann, un  ancien lobbyiste, qui avait été payé – cher, très cher – par la Géorgie.



Q Mais on y vient aujourd’hui à cette transparence. La preuve, tous ces lobbyistes qui s’affichent en tant que tels…



FBH Je connais beaucoup de gens qui font du lobbying, mais je n’en connais qui emploient le mot. La plupart préféreront se présenter comme conseils en relations ou communication publique, juristes…



Q Où en est-on des projets de réglementation du lobbying en France ?



FBH Notre tradition répugne à l’idée d’un mandat impératif du législateur : les élus ne devraient pas se trouver obligés à l’égard d’intérêts privés, locaux ou professionnels. Un député du Cotentin ou des Bouches-du-Rhône est censé n’être pas le député de sa circonscription, mais de la Nation entière. C’est du rêve.

Mais il y a néanmoins depuis peu une volonté d’inscrire le lobbying dans la loi. Cela fait suite à la publication du Livre bleu, que l’on doit à l’un des députés de la Commission des affaires étrangères, Jean-Paul Charié et qui veut « favoriser le lobbying au lieu de le craindre ». Nous pourrions nous diriger vers un système d’accréditation, qui donnerait un statut officiel aux lobbyistes en France et un accès réglementé auprès des législateurs.



Q Le pouvoir politique semble aujourd’hui voué à une certaine impuissance. D’où cette profusion d’intermédiaires qui viennent se glisser entre lui et le peuple…



FBH Un des facteurs les plus évidents de la montée en puissance du lobbying est la prolifération des pouvoirs infra et supranationaux. Là où il y a régionalisation, décentralisation, mais aussi réglementation internationale, le lobbying est en meilleure position que face à un Etat jacobin. Ne serait-ce que parce qu’il trouve une pluralité d’interlocuteurs, voire de pouvoirs, à jouer les uns contre les autres. Par ailleurs, de la réglementation ou de l’autorisation locale jusqu’aux grandes négociations internationales, en passant par l’échelon de la loi, des conditions douanières et fiscales, des normes techniques, etc., les lobbyistes trouvent de nouveaux terrains d’action. Plus la chaîne des conséquences est longue (entendez : plus des actes ont des conséquences économiques, écologiques, sociales ou autres, sur des points éloignés, comme c’est le cas avec la mondialisation), plus il y a de leviers pour le lobbying.



Q Mais l’effacement du politique…



FBH Le lobbying profite de l’affaiblissement général du politique et des grands schémas idéologiques, comme il bénéficie de la conversion des pouvoirs établis au culte de la gouvernance et de la société civile. La technicité des problèmes – environnementaux par exemple – joue dans le même sens : batailles de chiffres et anticipations supposent conflit entre expertises et interprétations. Plus l’information dont dépend la décision est complexe et abondante, plus les groupes d’intérêts peuvent les sélectionner dans un sens favorable à leurs thèses.

La liste des tendances qui expliquent l’éclosion du lobbying pourrait se prolonger longtemps. Elle devrait aussi comprendre un facteur « sociologique » : le recrutement des cabinets de lobbyistes se fait beaucoup chez les anciens quelque chose, anciens des cabinets ministériels, des organisations internationales, des grandes agences… Il ne s’agit pas seulement d’une question de carnet d’adresses – encore que cet atout ne soit certainement pas négligeable : les élites bureaucratiques familiarisées avec les règles des administrations, leur fonctionnement mental et leurs compétences sont tentées de rentabiliser ce capital culturel.



Q On est loin de la vision du lobbyiste, à laquelle on est habitué, en manipulateur de l’ombre ou en corrupteur. Je pense à ce petit chef-d’œuvre hollywoodien, Thank you for smoking, qui donne une vision peut-être caricaturale du lobbyiste, mais franchement hilarante…



FBH Oui et non. Dans ce film, on retrouve toutes les techniques du lobbying. Le personnage, un lobbyiste pro-tabac, est d’abord un baratineur hors pair. Son slogan, c’est : « Jordan jouait au basket, Charles Manson tuait, moi, je parle. » Et son surnom : « Spin sultan », équivalent à peu près à « roi de la manip ». Quant à sa philosophie, il l’a tiré de la fameuse phrase de Barnum : « Chaque minute, une femme met au monde un nouveau pigeon. » Il dîne tous les mois avec ses deux collègues, chargés respectivement de l’alcool et des armes à feu : c’est le MDM (le club des marchands de mort), où ils comparent joyeusement leurs performances en termes de décès. Il y a du vrai dans tout cela, du moins pas tant dans la caricature que dans le cynisme affiché des personnages.

Mais aujourd’hui, le lobbying n’est plus un simple art de bien plaider une cause, si indéfendable qu’elle soit. Ni celui de s’adresser à un interlocuteur unique, le parlementaire. Ses pratiquants ont bien compris que, dans une société où tout finit en « débat de société » et où tout est soumis aupouvoir de l’opinion, il faut compter avec d’autres forces. Notamment les associations de consommateurs, les ONG, ce qu’il est convenu d’appeler « les représentants de la société civile », sans compter les médias, les groupes militants… Il ne s’agit donc pas seulement d’éloquence ou de mauvaise foi, mais aussi de réseaux, d’alliances, de stratégie indirecte.



Q Et pas toujours de la corruption ?



FBH Il y a aux Etats-Unis une solide tradition de corruption des élus, tempérée par la volonté affichée de transparence. On disait autrefois en argot américain que le lobbying, c’était « bread, booze and blondes » (du fric, de l’alcool et des blondes).



Q Comment procède le lobbyiste, techniquement parlant ?



FBH La gestion de l’information est devenue de plus en plus technique. Cela n’allège pas le poids du relationnel, mais le lobbyiste doit fournir un travail de recherche, autant sur les éléments du débat que sur les lieux du pouvoir. Le lobbyiste mène une double tâche, d’expertise et de production de l’agenda (art de mettre un sujet sur le tapis ou de lui faire donner la priorité). La familiarité avec les structures et procédures, l’identification du bon interlocuteur, constituent des atouts majeurs On parle maintenant d’« outsourcing ». Le lobbyiste amène l’information jusqu’au législateur.



Q Un attaché parlementaire, au fond…



FBH Il arrive parfois que le législateur, surtout à l’échelon européen, les sollicite pour qu’ils participent aux projets de lois ou de règlements. Les représentants élus préfèrent souvent connaître l’opinion des lobbyistes, qui font remonter l’information jusqu’aux élus. Naturellement, c’est une information orientée. Les lobbyistes interviennent dans le cadre de la « consultation des parties prenantes ». C’est de la « coopération ». On cherche à orienter le législateur en lui présentant les conséquences éventuelles de sa future décision, en lui apportant des « points de vue » qui ressemblent à des propositions concrètes.



Q La principale activité du lobbying ne s’exerce-t-elle pas aujourd’hui dans le champ législatif et administratif ?



FBH Il est évident que plus la norme est internationalisée et technique, plus elle devient abstraite et pointue. Or, on sait que le diable se cache dans les détails. Les commissions et les bureaux de Bruxelles ne peuvent pas consulter à tous les coups les 600 et plus députés européens, du reste pas nécessairement compétents. Si les élus européens sont très loin des électeurs, les fonctionnaires le sont encore. Que va bien pouvoir comprendre un fonctionnaire danois chargé de traiter en anglais et en français une question qui touche les producteurs de tomates siciliens ? Pas grand-chose. Il sera forcément sensible à l’aide de lobbyistes qui présentent des options claires et excellent dans les stratégies de synthèse orientée. Selon un chiffre souvent cité, les quatre cinquièmes des directives européennes sont issus des cabinets de lobbying. Lors de la discussion sur la loi sur la modernisation de l’économie, en juin 2008, des députés français se sont indignés que les lobbyistes leur envoient des projets d’amendement tout faits qu’ils n’avaient plus qu’à recopier. À Bruxelles, cette pratique n’aurait surpris personne.



Q L’autre grande pratique des lobbyistes à Bruxelles, c’est l’infiltration…



FBH Disons l’art de placer des experts amis parmi les « experts nationaux détachés », les END. Les lobbyistes trouvent parfois des alliés précieux dans les ONG. Elles peuvent être utilisées « en contre » pour faire valoir par exemple que le projet concurrent – faire venir de la viande d’un pays de l’Est – est cruel pour les animaux ou que les importations du rival risquent de provoquer une déforestation dont souffrira la population locale. Les lobbyistes sont aujourd’hui en situation d’autant plus favorables que la consultation est intégrée aux procédures du Parlement et de la Commission. On estime à quinze mille le nombre de lobbyistes à Bruxelles. Ajoutez à cela quelque trois mille groupes d’intérêts et plus de cinq cents fédérations.



Q C’est le paradis du lobbying…



FBH Un fromage sur un nuage. Ça y ressemble !




 Imprimer cette page