huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
Effet Bradley contre Obamania
Une légende sociologique


Soudain frémissement dans les médias majoritairement favorables à Obama, des deux côtés de l'Atlantique : et si c'était trop beau ? Les mêmes qui annonçaient un raz-de-marée pour le candidat démocrate se prennent soudain à douter des sondages même (et surtout) s'ils répondent à leurs vœux.


D'abord, on découvre soudain qu'il ne faudrait pas se fier aux sondages nationaux US - qui d'ailleurs varient considérablement. Certains donnent une avance de 14 points à Obama, d'autres de moitié (calcul sur la moyenne des sondages),... Même s'il n'existe aucun sondage qui laisse espérer un courte victoire à McCain, ni même ne prédise un coude àcoude presque indécidable (comme lors du sprint final Nixon contre Kennedy ou G.W. Bush contre Gore).

Mais justement, les analyses de tous les spécialistes (confirmée par l'attitude inquiète des Républicains) semblent indiquer que la progression d'Obama se fait suffisamment dans les "Swing States" qui peuvent basculer et rapporter beaucoup de sièges de grands électeurs.
Les inquiets se rappellent soudain le nombre de fois où les sondages américains se sont trompés de puis la défaite annoncée de Truman en 48, la remontée de dernière minute de Reagan contre Carter, ou celle de G.W. Bush contre successivement Gore ou Kerry.

Et puis il y a le nombre d'indécis que l'on redécouvre : un électeur sur cinq. Mais pourquoi serait-il systématiquement favorable à Mc Cain ? D'autant que ce n'est pas un chiffre particulièrement élevé selon les critères américains.

Qu'à cela ne tienne, les pessimistes ont trouvé une autre raison de s'inquiéter : l'effet Bradley. En 1982, le maire noir démocrate, de Los Angeles se présentait au poste de gouverneur de Californie. Il était crédité de huit points d'avance sur son adversaire blanc et républicain. D'où l'explication avancée : beaucoup d'électeurs se seraient déclarés prêts à voter pour un candidat de couleur face aux sondeurs, mais auraient été repris par des réflexes plus racistes une fois dans l'isoloir. De là à déduire que la même chose se produira le 4 Novembre ...
Bien sûr, il est plus que vraisemblable qu'une partie de l'électorat blanc, mais une partie seulement, éprouve des préjugés envers Obama du fait de sa race et refuse de l'avouer. Ou qu'il soit socialement gratifiant de se déclarer antiraciste et prêt à voter pour un candidat issu d'une minorité. Mais c'est un singulier syllogisme que d'imaginer que ces motivations puissent (et pourquoi au dernier moment ?) se traduire toutes dans le même sens . Le plus drôle est que la preuve de la fausseté des sondages serait administrée par... un sondage : "Selon un sondage récent, Barack Obama pourrait perdre six points de pourcentage le jour de l'élection présidentielle du fait de sa couleur." écrit le Nouvel Obs apparemment converti aux logiques non-aristotéliciennes. Et si l'on imaginait que des Républicains convertis à l'Obamisme ou déçus par leur candidat n'osent pas avouer à leur entourage qu'ils vont voter contre le Grand Old Party et pour un Noir ?

La théorie Bradley avait même déjà servi quand Obama n'avait pas remporté le New Hampshire contre Hillary Clinton lors des primaires (et toutes les primaires où Obama dépassait sa rivale par surprise : était-ce un effet de la crainte d'apparaître comme sexistes qui faussait la réponse des sondés ?). Le problème est que les exemples cités à propos de l'effet Bradley (lui-même un sacré effet mode) sont choisis en prenant des sondages relativement éloignés du jour du scrutin : ceux de dernière minute montraient une distorsion bien inférieure par rapport au résultat réel.
Certes, en France, nous avons connu des cas de sous-déclaration systématique d'une intention de vote : l'effet le Pen. En dépit des corrections apportées par les Instituts de sondage (on parlait, cette fois, d'effet Saint-Guillaume : les chiffres étaient systématiquement redressés en fonction de lois sociologiques supposées), les résultats des candidats du Front National étaient toujours sous-estimés (en fin, jusqu'à ce que la règle s'inverse en 2007 !). Mais, il s'agissait alors plutôt d'un réflexe inverse : la peur en avouant de opinions pas très politiquement correctes d'être fiché quelque part ou simplement de susciter l'hostilité du sondeur.


L'effet Bradley (qui est certainement loin de se vérifier systématiquement lorsqu'un Noir est favorisé par les sondages) n'a donc pas le même statut scientifique que la gravitation universelle et mieux vaudrait le citer avec prudence.. Sans compter qu'il existe des cas inverses : en 2006 le noir Ford avait gagné contre le blanc Corker légèrement favori de sondeurs.

Les Américains seraient-ils tellement superficiels qu'ils déclareraient l'inverse de leurs convictions par conformisme ? Où tellement racistes que leurs bas instincts les reprendraient dans l'isoloir ? Mais qui est raciste, l'Américain moyen, ou celui qui professe une telle vision d'un peuple tout entier ?

Si l'on va chercher dans les "effets" invoqués par les sondeurs , il pourrait bien y avoir un "effet bandwagon", une tendance à se rallier à l'opinion qui paraît majoritaire et irrésistible. Ou un effet de découragement chez les Républicains les moins convaincues : pourquoi se déplacer si les jeux sont faits ?

Le raisonnement peut alors se retourner : et si une partie de l'électorat potentiel d'Obama, uniquement guidée par la crainte d'un Bush III, se sentait rassurée ? et si elle en profitait pour aller à la pêche, plutôt que d'apporter son soutien à un candidats dont la compétence ne les convainc qu'à moitié ?
Et Obama qui recueille des soutiens à la pelle, dont le trésor de guerre très supérieur à celui de son adversaire va lui permettre d'inonder l'Amérique de messages payants à la fin de la campagne électorale la plus coûteuse de l'Histoire, Obama a-t-il intérêt à être triomphaliste (Yes we can !) ou au contraire à convaincre ses partisans qu'il ne faut pas relâcher leur effort et qu'une défaite les menace encore ? Il faudrait peut-être envisager un effet stratégique : ne serait-il pas habile de se présenter, sans le dire explicitement, comme menacé par un dernier soubresaut du racisme latent ?

Si le lecteur désire poursuivre le jeu, il parviendra certainement à imaginer des effets dans un sens ou dans l'autre.

Le pire (ou le meilleur) est que tout le monde aura probablement raison : tous ces effets dont beaucoup contradictoires existent probablement. Simplement ils s'exercent simultanément sur des êtres humains et pas sur cette abstraction théorique que l'on nomme opinion publique. L'opinion publique n'existe pas en soi et pour soi : c'est une résultant construite à travers un appareil mathématique.

La question n'est pas que les sondages puissent se tromper (si par "se tromper" on entend émettre une prédiction fausse, dont les sondeurs expliqueront après coup qu'il s'agissait seulement d'une photographie de l'opinion à un moment donné) : ils le peuvent et ils l'ont abondamment prouvé. La question est qu'un effet sociologique douteux et unique ne pourra en aucun cas donner une explication à un phénomène aussi complet.

 Imprimer cette page