huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Transmission et communication : la médiologie > Médiologie au présent
Définir les médias
Pour clarifier une notion ambigüe (mêlée aux notions de civilisation de l'image ou de société numérique, de pouvoirs) et anticipations, un retour sur la définition plus médiologique de médias




Comment définir les médias ? La réponse n’est pas si évidente . Au coin du comptoir nous entendons : « les médias nous mentent», « les médias abaissent le débat politique », « les médias nous abrutissent » . Qui visent ces dénonciations ? Des gens , des outils techniques, l’usage que l’on en fait ? À des journalistes qui exercent plus ou moins bien leur métier, à ceux qui les dirigent ? Aux contraintes techniques qui obligent à exprimer les choses d’une certaine façon et suivant un certain format ? À la qualité générale ou aux concessions au sensationnel que font les productions d’une époque ? Aux mœurs et coutumes qui font, par exemple, que les Français regardent la télévision plus de trois heures par jour en moyenne ou que les hommes politiques deviennent facilement hystériques en présence d'une caméra ?

Si nous nous tournons vers des propos plus savants, une fois rappelés quelques truismes du type «, « les médias sont des moyens de communication » et une fois énumérés les grands médias (télévision, cinéma, presse, radio..), les classifications ne sont pas beaucoup plus nettes. Certains hésitent à ranger dans cette catégorie le théâtre, la parole, ou Internet , alors que d’autres, comme Mc Luhan y inscriraient volontiers la route ou l’horloge.

Tout commence avec un mot bizarre, mélange de latin et d’anglo-américain : mass media. Il s’impose à l’époque où il n’est question que de massification, de société de masse ou de foule solitaire. C’est la source d’innombrables difficultés orthographiques et idéologiques. « Mass media », lié aux innovations de l’ère industrielle (cinéma, affiche, radio, télévision, presse) désignait initialement les moyens de communication destinés masses , un-vers-tous.
Puis la notion s’est étendue aux moyens de communication un-vers-un, comme le téléphone. Dans cette perspective, le medium est un tuyau qui arrose : ce par quoi passe l’important, c’est-à-dire l’eau, le message. Les médias répandent idées, mots, sons, images, là réside tout leur pouvoir.

Pour d’autres, les médias sont des prolongements de nos facultés : la parole, la mémoire, et aujourd’hui, avec les cerveaux électroniques, la réflexion, de la même façon que les outils démultiplient la force de nos bras, la vitesse de nos pieds, … Ici c’est l’analogie avec la prothèse puisqu’elle remplace et amplifie : les médias nous permettent de réaliser des performances dont nous serions incapables. Ils se substituent à des fonctions auparavant exercées différemment. Ainsi, notre bibliothèque ou notre ordinateur recueillent une partie de nos souvenirs et la communication politique télévisuelle remplace le débat démocratique direct, etc.

Cette façon de voir amène logiquement à soupçonner l’existence de rapports entre grandes périodes historiques et changements dans les moyens de transmission, entre les facultés ou les modes d’organisation prédominant en une époque et son appareillage technique et médiatique. Cette seconde métaphore peut être appelée celle des prothèses.

Il ne faut pas la pousser à l’absurde, ni classer « média » tout instrument exerçant un effet direct ou indirect sur nos représentations mentales. Par exemple la machine à laver fait évoluer la mentalité de la ménagère en lui donnant plus de liberté, cela n’en fait pas un média, pas plus que tout ce qui permet d’exprimer une signification quelconque comme notre cravate qui « exprime » notre bon ou notre mauvais goût et notre statut social. Les médias servent à faire partager le contenu d’un esprit à un autre, via l’espace et le temps, et contre la concurrence d’autres messages. Les médias doivent à la fois atteindre des correspondants, préserver un contenu au moins le temps d’être reçus, mettre en forme ce contenu mais aussi le faire accepter de destinataires soumis à des habitudes et à d’autres sollicitations.

Quand nous parlons d’un média spécifique, nous nous référons à différents niveaux de réalité que suppose ce fait bizarre : le contenu du cerveau de A passe dans celui de B. Un média, c’est un support (des ondes, des électrons, une pellicule, du papier pour enregistrer), plus des moyens de reproduction et de transport (des presses à imprimer, des caméras, des antennes, des ordinateurs), plus des codes ou conventions (de la langue française aux codes cinématographiques), plus des modes de traitement (le contenu est passé par une saisie au clavier, par la mise en scène d’un tournage avec trois mille figurants, ou par la fabrication d’une statue, par un bavardage au téléphone). Si l’on remonte en amont, un média suppose des institutions, des groupes qui commandent son fonctionnement (la rédaction de TF1, les correspondants AFP, le petit monde germanopratin de l’édition, le bureau de la censure épiscopale).

En aval nous rencontrons : des auditeurs, lecteurs ou spectateurs qui se rassemblent dans des salles ou restent chez eux, qui utilisent tel sens, tel instrument de réception, telle capacité d’interprétation apprise (alphabétisme, culture cinématographique, conventions culturelles, ...). Ils suivent le message de bout en bout comme au spectacle, ou peuvent le déchiffrer dans l’ordre qu’ils veulent, ou encore le modifier, y répliquer... L’efficacité du média (sa capacité de propager avec exactitude et constance le contenu initial dans d’autres cerveaux) dépend donc de cette longue chaîne : une logistique et une balistique des messages.

Cette pluralité des composantes du média reflète celle de ses fonctions. Loin d'être de simples "moyens de communication", ce qui ne veut pas dire grand chose, les médias sont des systèmes complexes, Ils doivent tout à la fois traiter donc organiser des représentations, communiquer donc atteindre des destinataires, transmettre donc conserver des mémoires, propager donc imposer des contenus. Les médias servent à vaincre le désordre (en sélectionnant et mettant en forme des informations), la distance (en atteignant des récepteurs), le temps ( en conservant des mémoires) et des résistances (celle de l'indifférence ou du scepticisme des récepteurs ou des messages concurrents).

Nous n’hésitons pas à comparer les médias aux armes ou aux systèmes d’armes: ce sont les deux principales catégories d’inventions humaines destinées à agir sur les gens et non sur les choses. Il se pourrait qu’elles soient régies par un commun principe d’incertitude. Il y a, disait Clausewitz, une « friction » de la guerre : cette part de désordre et de hasard qui empêche le conflit d’être jamais conforme à son modèle théorique (la montée aux extrêmes) et moins encore aux plans des généraux. Il y a « friction » comparable de la communication.

Le rapprochement ne vaut pas uniquement parce que les médias peuvent faire du mal (susciter des haines par exemple), « comme » les armes font ravage ou parce que le but du média et de l’arme est d’obtenir l’abandon ou la soumission de l’adversaire. Les armes supposent aussi des systèmes : des moyens de transport et d’intelligence, des techniques et instruments destinées à surpasser l’autre en vitesse ou en savoir, des procédés de coordination, de détection, de camouflage, une signalétique, des moyens de traitement et des codes . Et les armes demandent comme complément non seulement des vecteurs de messages (des radios, des satellites, etc.) mais aussi des symboles efficaces. Ils sont mobilisés dans ces états intermédiaires entre violence et communication qui se nomment menace, parade, stimulation, démoralisation de l’adversaire, démonstration de force, bluff, encouragement. Entre un casque de samouraï destiné à terrifier l’ennemi, un drapeau ou un clairon et une émission de CNN, où passe la frontière entre lutter et montrer ? Entre armes et médias ?

Tout nous incite à remettre en cause la distinction entre les médias, considérés des outils à véhiculer des messages ou à prolonger nos sens, et d’autres outils qui accomplissent des tâches physiques impossibles ou possibles à coût supérieur en temps et en effort humain. L’informatique crée des hybrides mi-machines à communiquer, mi-machines à faire. Comme les médias, elle conserve des traces, celles d’événements effectifs (une image que filme la caméra, un son enregistré, le geste créateur d’un homme qui peignait ou écrivait) mais aussi celles de processus et calculs (algorithmes, programmes).

Avec la virtualité, s’atténue la différence entre représenter, mémoriser, créer, calculer et faire. Un même appareil qui permet de cuire son poulet, de lire Platon ou de consulter la Bourse, est-il toujours un média ?

Les médias sont des machines à répandre et des machines à relier. Le rapport un/tous, typique des mass media et supposant la diffusion des mots et des images standard à des récepteurs passifs diffère de la relation un/un ou tous/tous, celle de la commutation, de l’interaction, de l’action à distance que favorise les nouveaux instruments. Les médias exercent des effets de contrôle, de rassemblement, de réalité suivant un mode d’action long, complexe et largement imprévisible.


Certes les médias sont des « moyens de communication » et ils distribuent des messages – informatifs, distractifs, éducatifs – à des publics ". Mais leur rôle est plus complexe.

Dans le cas des médias de masses, la propagation se fait dans le sens un vers tous. Le message descend d’un groupe de professionnels de la production, de la mise en scène et de la sélection – qu’il s’agisse de nouvelles ou de spectacles -vers des audiences vastes, dispersées et souvent indistinctes…
Mais cette vision des médias comme « arrosoirs à messages » est réductrice. Un média fait bien d’autres choses que de répandre des discours et des images.

Il remplit :
- une fonction mémoire (les médias gardent la trace de certaines informations, pas d’autres, ils forment les archives du futur),
- une fonction pyramide (ils décident quel thème, quelle œuvre, quel personnage apparaît ou est important…)
- une fonction agora (ils sont le lieu où s’affrontent des idées, des courants esthétiques ou autres, des représentations mentales),
- une fonction partage (ils nous permettent de nous référer aux mêmes spectacles, aux mêmes textes, aux mêmes imaginaires communs),
- une fonction longue-vue (ils nous rapprochent du monde, nous permettent d’éprouver à distance et/ou en différé des expériences auxquelles nous n’avons pas accès directement), etc. La dernière fonction n’est sans doute pas la moins importante dans la mesure où nous faisons partie des premières générations dont la connaissance du monde (au sens le plus trivial : les idées et images que nous avons dans la tête) est majoritairement médiatique - et donc médiatisée - par rapport à nos expériences directes.

Toutes ces fonctions – et nous en avons sans doute oubliées – en supposent une, complémentaire, la fonction miroir. Les médias nous aident à nous connaître ou à nous reconnaître en tant que jeunes, vieux, banlieusards, gens de droit ou de gauche, Français, Européens… Ces catégories ne prennent souvent figure qu’à travers leur représentation, notamment sur les écrans de télévision. Sondés, interrogés directement (sous forme de micro trottoir par exemple), suppliés sans cesse d’être interactifs (posez vos questions, envoyez des SMS, allez sur notre site, ouvrez votre blog, appelez à l’antenne…), inlassablement évoqués et mis en scène (les Français pensent ceci, les jeunes éprouvent cela), invités à produire du feed-back, priés de cesser d’être passifs (c’est important, vous êtes concernés, c’est en direct, l’Histoire se fait devant vous…), sollicités par des techniques d’expression (forums et sites, messages ou photos numériques que nous pouvons instantanément aux médias comme ce fut le cas pour des milliers de gens lors des attentats du 7 Juillet 2005 à Londres), sommes nous encore des « récepteurs » ? Dans tous les cas les médias de contact semblent l’emporter sur les médias de feu la société du spectacle.

 Imprimer cette page