huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Affrontements, stratégies et images
Guerre de l'image
Image et violence, conflit et perception

Si la peur de l'image (qui incite à la violence ou à la débauche ou qui offense Dieu) existe depuis toujours,  la notion de guerre de l'image et de l'écran s'est imposée au siècle dernier. Sa nature ne consiste pas seulement à produire des séquences de propagande (simulation) ou à censurer les images gênantes (dissimulation). Elle exige aussi la stimulation et le contrôle des images accessibles, tâche plus aléatoire à l'ère numérique. Une anthologie de textes sur la violence de l'image et son emploi stratégique (guerre psychologique, guerre de la perception...)




Définition :
Toute guerre suppose le recours à des images. Elle mobilise des symboles de la Nation ou de la communauté et produit souvent des représentations esthétisées qui exaltent les héros d’un camp, leurs morts et leurs victoires (monuments, cénotaphes, tableaux martiaux….). La propagande au vingtième siècle mobilisa des représentations réalistes, depuis des photos truquées jusqu’aux films de fiction, pour incarner les symboles du Bien et du Mal et pour entraîner les foules.
Pourtant la notion de « guerre de l’image » est surtout liée à la télévision.

Après le Vietnam, les stratèges U.S. se persuadent qu’ils ont perdu la guerre parce que le public U.S. a été démoralisé par les photos des victimes emblématiques de la guerre (comme une petite fille sous le napalm) ou par les séquences réalistes des boys périssant au loin. Les médias permettent désormais à l’arrière de constater de visu que la guerre, cela sert d’abord à faire des morts. D’où l’idée que la guerre de l’image sera l’art de montrer ou de cacher les bons morts et les bonnes victimes.

La première guerre du Golfe – surabondance de moyens télévisés permettant de suivre les événements en live mais avec zéro mort visible -, la guerre du Kosovo - où les caméras se concentrent sur la souffrance des réfugiés et transforment la guerre en opération humanitaire -, les opérations en Somalie – une sanglante bavure filmée entraînant le retrait des Etats-Unis –, autant de nouvelles étapes. Dans tous les conflits actuels qu’il s’agisse de la seconde Intifada, du 11 Septembre, de l’Irak ou de Gaza, la lutte des armes se double d’une lutte pour contrôler les images de la souffrance et de la mort.

Aux méthodes occidentales plus ou moins contraignantes visant à obtenir une image « propre » sans dégâts cathodiques collatéraux s’oppose une stratégie de perturbation de type terroriste : cassettes testaments de kamikazes ou exécutions filmées et diffusées sur Internet. La guerre de l’image devient la lutte pour imposer face à l’adversaire des images ayant une forte charge émotive et symbolique. Il est désormais de plus en plus difficile de les contrôler sur son propre territoire. Quant au champs de bataille international, la rivalité entre les télévision américaines par satellite de type CNN et les télévisions dites « arabes » comme al Jazira laisse présager d’autres affrontements.
Arme de séduction de fascination, d'incitation, de distraction, de leurre, d'agression symbolique, d'humiliation..., les panoplies de l'image ne nous ont pas encore révélé tous leurs usages...

La citation M. Mc Luhan « Les guerres chaudes du passé se faisaient au moyen d’armes qui abattaient l’ennemi homme par homme. Même les guerres idéologiques consistaient au XVIII° et XIX° siècle à convaincre les individus un par un d’adopter un nouveau point de vue. La persuasion électrique par la photographie, le cinéma et la télévision consiste, au contraire, à plonger des populations tout entières dans une nouvelle imagerie. » Pour comprendre les médias 1968


Voir les textes regroupés

 Télécharger ici en PDF
 Version caléméo
 Imprimer cette page