huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Le 11 septembre d'al Zawahiri
La France menacée ?

À leur façon, les jihadistes ont commémoré le 11 Septembre : pas d’attentat spectaculaire, mais une intense activité médiatique . Pour Zawahiri et les siens, les textes sont lourds de sens et les services contre-terroristes ne les prennent pas à la légère, surtout en France.


Une des meilleures sources sur les publications vidéos la mouvance dite d’al Quaïda, le « Site Institute » a lancé l’affaire en publiant le texte d’une interview d’Ayman al-Zawahiri sur As-Shahab, souvent considéré comme le « département média d’al Quaïda ». Elle a très vite été répercutée par al Jazeera, CNN, mais aussi le Figaro qui fait sa première page sur les dangers que court notre pays.

Les déclarations de l’idéologue jihadiste, vieux compagnon de ben Laden. (depuis 1980), sont d’abord remarquables par leur longueur et par leur contexte. Les publications de cassettes s’intensifient dans trois genres que nous avions déjà notés : déclarations des dirigeants destinées à défier et terroriser les ennemis, vidéos « techniques » de recrutement et d’entraînement, et cassettes de martyrs (dont on vient de publier une remarquable anthologie dans le registre de l’exaltation mystique et de la poésie emphatique).

Dans cette abondante production, on notera une cassette historique sur la préparation du 11 Septembre 2001. Elle remonte à 1948 et rappelle les conditions de la création d’Israël avant de retracer des décennies de luttes et de rappeler les principaux griefs contre les Etats-Unis qui volent le pétrole des musulmans et ont souillé le sol sacré de l’Arabie saoudite en 1990.

Premier élément : Zawahiri (qui, soit dit au passage, en est à sa neuvième vidéo de l’année) accueille avec joie le ralliement du GSPC algérien (Groupe Salafiste de Prédication et de Combat), l’élément le plus dur de l’islamisme dans ce pays. Le GSPC aurait fait allégeance au « lion de l’Islam », le cheikh ben Laden. La première nouvelle, c’est que ce soit une nouvelle. Que faut-il alors penser des multiples experts ès terrorisme qui considéraient depuis des années comme « faisant part d’al Quaïda » ce groupuscule né d’une scission « dure » du GIA et spécialisé dans le massacre de leurs compatriotes « apostats » (grosso modo tous ceux qui ne les ont pas rejoints et ne participent pas à la guerre sainte) ? Ou des déclarations de Nicolas Sarkozy annonçant que ses services savaient de puis le 11 Septembre 2003 ? Si c’est le cas, pourquoi Zawahiri a-t-il attendu trois ans pour ce « scoop » ?

L’élément qui a le plus frappé les commentateurs, ce sont les appels à frapper notre pays, rangé sur le même plan que les Américains. Le thème de la France qui opprime les musulmans en interdisant le port du voile n’est pas nouveau dans le discours jihadiste. Mais cette fois l’appel à la multiplication des attentats est sans ambiguïté, Au point que le premier ministre et celui de l’Intérieur ont mis en garde nos compatriotes.

De fait, les sympathisants de la guérilla islamiste algérienne sont nombreux dans notre pays. Nombre d’entre eux, sont probablement repérés par la police qui a prouvé une chose : depuis 1985 elle sait lutter contre le terrorisme algérien et a été capable de faire échouer une série d’attentats. Avant de céder à la panique, et d’attendre un 11 septembre à la française, il faut se demander si les cibles ne seraient pas des Algériens « traîtres » installés dans notre pays. La cassette laisse pour le moins des doutes à ce sujet.

Zawahiri continue à tracer le programme: l’Afghanistan est destiné à devenir ou redevenir un émirat islamique, la victoire est proche en Irak, la « suprématie actuelle des juifs et des croisés » ne durera guère en Palestine et enfin le Liban sera un prochain champ de bataille. Blair et Bush regretteront, ajoute-t-il, regretteront bientôt de ne pas avoir accepté la trêve proposées par ben Laden.

En conclusion Zawahiri s’adresse aux peuples occidentaux à qui leur leaders dissimuleraient l’étendue du désastre qu’ils subissent . Très significativement, il rappelle que les jihadistes ont « toutes les raisons légale et rationnelles » de mener la guerre sainte. C’est la confirmation que, dans la vision théologique très particulière des jihadistes, ils sont à la fois en état de légitime défense contre un adversaire qui les a envahis le premier (la loi naturelle leur ferait donc obligation de se défendre) et soumis à un devoir religieux de combattre sans relâche, quel que soit le rapport de forces.

Et de désigner les deux prochains objectifs d’extension de leur action : le Golfe et Israël. Confirmation s’il en était besoin que ce que nous considérons comme « le groupe terroriste terroriste al Quaïda » se voit, lui comme l’avant-garde seule légitime de l’Oumma tout entière, comparable aux compagnons du prophètes.

 Imprimer cette page