huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Affrontements, stratégies et images
La polémologie mérite-t-elle une nécrologie ?
lLa science de la guerre oubliée

Comment se perd une idée magnifique ? L’histoire de la polémologie (science de la guerre, néologisme inventé par Gaston Bouthoul en 1942) fournit un exemple de projet intellectuel incontestable en son principe, capable de mobiliser un moment des talents exceptionnels mais non de perdurer et de transmettre.

L’idée se formule de diverses manières : construire une sociologie de la guerre, étudier les facteurs déclenchants des conflits non respecter une neutralité axiologique, comprendre le phénomène- guerre, ses cycles, ses fonctions et ses substituts. Ou plus simplement « étudier la guerre pour préparer la paix ».
Son optique est différente de celle de la stratégie.
Suivant l’acception militaire classique, la stratégie, art de la guerre, surplombe la tactique limitée, elle, à la bataille. Le but est de vaincre des forces matérielles, de surpasser une volonté et une intelligence adverses. Pour cela le stratège emploie au mieux ses propres ressources comme les potentialités de la situation mais cherche aussi à anticiper et perturber la stratégie opposée.
L’usage quotidien du mot stratégie recouvre toute mise en place de moyens en vue d’une fin : on parle ainsi de stratégie mathématique des jeux ou de celle d’un coureur de marathon qui dose son effort. Bref, tout ce qui ressort à la conception générale de l’action et au bon usage des voies et moyens. Pour notre part nous réserverons la notion de stratégie à des situations de conflit, fut-il bridé par des règles.

La stratégie ne nous dit pas seulement ce qu’il faut faire mais ce qu’il faut faire contre ; elle suppose adversaire, interactions, adaptation. Mais la stratégie n’existe que là où sont prédéfinis un objectif à atteindre, un adversaire à surpasser et une gamme des moyens envisageables (au double sens des prix et efforts à payer et des règles à respecter). Tout cela renvoie à la question du conflit et de son degré d’intensité : quels mécanismes amènent des groupes à tout risquer pour certains enjeux et certaines croyances lors des guerres ? ou à déployer une brutalité sans limite ?

Le texte publié ici a été intégré dans la brochure

Anthologie de textes sur la polémologie

Disponible sur le site

ou sur Calameo






 Bibliographie à télécharger
 Imprimer cette page