huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
Le discours d’un roi ?
Des chiffres, du lien

Dans le discours du président hier soir, il y avait deux composantes. Pour une partie, il s’agissait négociation : je vous donne tant, arrêtez.

La chose se chiffre à huit ou dix milliards et cela implique plusieurs têtes-à-queue (reprendre la défiscalisation des heures supplémentaires, se reprendre sur la CSG, contredire une ministre sur l’impossible augmentation du SMIC, rejouer travailler plus pour gagner plus...). Mais celai, c’était le prix à payer (y compris, éventuellement, par le dépassement des sacro-saints 3% de déficit contre les règles européennes que l’on rappelle si vigoureusement à l’Italie). Mais que cela marche ou pas, que cela satisfasse ou non les manifestants, on parle chiffres. On peut le fair de façon plus ou moins technocratique, satisfaire le besoi de justice fiscale, mais le réel tranchera ; gestion efficace ou échec.

Et puis, il y a une autre dimension, relationnelle, symbolique destinée à refaire du lien avec les Français.Le petit prince arrogant devait devenir fraternel, presque amoureux de son peuple. Ainsi quand il parodie Barbara (mons seul souci, c’est vous). Pour cela la technique est rodée
- deux minutes sur les violences inacceptables, les instructions les plus rigoureuses
- l’argument de la profondeur du problème, du malaise démocratique et du « malheur » qui date de quarante ans, d’où état d’urgence économique et social
- confession embarrassée (mains crispées, regard hypnotisé) : il m’est arrivé de blesser, de ne pas apporter de solutions
- de l’exemple, de l’exemple pour rester dans l’humain et l’empathie : un couple de retraités, les gens qui ne peuvent pas vivre dignement
- pas de suppression de l’ISF, mais deux mots sur les riches, les avantages indus et l’évasion fiscale (on est rarement pour)
- je vous écoute, je vous écouterai y compris sur les sujets qui fâchent : vote blanc, immigration, loi électorale...
- j’écouterai et rencontrerai les corps intermédiaires, les maires, je consulterai, je ne veux pas de division
- renouer le lien collectif
- je rendrai compte
- je ressens et je me soucie de vous, je et vous, toujours je et vous.

Cela peut-il marcher ? Renvoyer dans ses foyers une population qui pourrait se dire, après tout, que Noël approche, qu’il fait froid sur les barrages et que c’est bon à prendre en attendant ? La réponse se mesurera aux améliorations matérielles ressenties (« on veut des résultats »), mais aussi aux victoires symboliques et à la fierté qu’éprouveront ou pas les gilets jaunes. Leur lutte contre le parti du mépris et de la technocratie, demandait des punitions symboliques (l’ISF, des mesures anti élites) et des reconnaissances symboliques.

 Imprimer cette page