huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Sur Twitter : @huyghefb
3 questions à propos de Daech : l'arme de la communication dévoilée
Une interview de @huyghefb par Pascal Boniface


Le point de vue de Pascal Boniface
François-Bernard Huyghe, docteur d’État en sciences politiques, est directeur de recherche à l’IRIS et enseignant au CELSA Paris IV Sorbonne. Spécialiste de l’influence stratégique et médiologue, il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage : « Daech : l’arme de la communication dévoilée », aux éditions VA Press.

Comment expliquer l’attractivité d’un discours califal, à rebours de celui - hédoniste et apaisant – diffusé par nos sociétés ?

Le "grand récit" de Daech, le cœur de son idéologie, repose sur une promesse spirituelle - le salut éternel par l'obéissance et le sacrifice -, sur un projet géopolitique illimité - s'emparer de la Terre entière pour la soumettre à la loi divine à partir du califat - et sur un mécanisme victimaire - les "vrais" musulmans sont persécutés depuis le VIIe siècle (y compris par les chiites, par les sunnites non djihadistes ou non soumis au calife), il faut les venger -.

Cette trilogie - mourir pour son âme, conquérir pour sa loi, punir pour sa communauté - implique un système de valeur et même un mode de raisonnement (tout étant contenu dans le Coran et dans les hadiths, la réponse à toute question doit être trouvée par la "méthodologie prophétique" et l'interprétation littérale) ; le tout s'oppose point par point à notre système mental. Comme un logiciel qui affecterait d'un signe inverse ce que nous estimons positif - la démocratie, l'autonomie des individus, le plaisir, la tolérance, l'innovation, la paix - et vice-versa pour la soumission, la conquête, la punition de toute déviance, le sacrifice, etc. Et comme les djihadistes sont, de surcroît, persuadés de l'imminence de la bataille finale, qu'ils vont l'emporter juste avant la fin des temps et qu'eux, ou leurs enfants, vivront dans le monde parfait défini selon leurs critères, la promesse est également garantie par l'Histoire.

Vous décrivez Daech comme une « scission ultra » d’Al-Qaida. Pourquoi ?

C'est vrai si l'on retrace la genèse de l'organisation. Sommairement, face à l'invasion américaine, Al-Zarqaoui fonde en 2004 Al-Qaïda en Irak, qui privilégie déjà les attentats-suicides et s'en prend aux chiites ; il fusionne en 2006 avec d'autres groupes dans l'État islamique d'Irak. À la suite de complications, le groupe devient, sous Abou Bakr al Baghdadi, en 2013, un État Islamique en Irak et au Levant (EIIL) qui prétend donc soumettre Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda. D'où ce conflit sanglant entre les deux organisations.

Pressé de trancher et d'apaiser la guerre interne, Al-Zahouari, successeur de Ben Laden, ne peut imposer ni accord des parties, ni obéissance des "durs" : la scission est consommée en 2014, et l’EIIL, qui, comme son nom l'indique, veut établir immédiatement un État islamique en Irak et en Syrie, devient le califat, proclamé en juin 2014.

Face à Al-Qaïda, canal historique, cette tendance s'est démarquée, outre le déni évident d'autorité et de légitimité, par la volonté d'établir immédiatement une puissance théologico-politique. Elle prend la succession du prophète et a vocation à commander à tous les musulmans sincères en attendant la conversion du reste de la Terre.

Ceci implique aussi que la stratégie initiale d'Al-Qaïda, qui consistait notamment à combattre l'ennemi "lointain" occidental pour déstabiliser l'ennemi "proche", les régimes arabes, soit fausse. Idem pour toute priorité mise entre les adversaires ou les fronts, toute trêve ou alliance. Le califat veut une sorte de guerre universelle contre tous ses ennemis à la fois ; il pousse à l'extrême le principe que qui n'est pas avec lui est contre lui et le "tout, tout de suite".

En prétendant à la fois établir un système territorialisé mais aussi prolonger la guerre par un terrorisme mondial ("guerre du pauvre"), en voulant accélérer l’Histoire et en condamnant ceux qui ne font pas immédiatement allégeance à Al-Baghdadi, Daech, impatient et maximaliste, déborde Al-Qaïda, stratégiquement et idéologiquement.

Comment expliquer le manque d’efficacité des stratégies occidentales de contre-propagande ?

Il reflète d'abord une incompréhension de fond. On ignore le logiciel adverse évoqué plus haut, en traitant le djihadiste ou le radicalisé, qui sont des convertis, comme des “paumés" relevant d'un traitement psychologique ou comme des cas sociaux, sans même s'intéresser au contenu de la croyance ni à ses justifications. Nous imaginons parfois des victimes de la propagande en ligne qu'il faut ramener à la complexité du réel. Les campagnes pour "révéler" au malheureux les mensonges qu'il a subis ("tu risques de mourir là-bas" alors qu'il part en quête du martyr) ou à démonter les manipulations de propagande califale ("ils t'endoctrinent") échouent. L'État qui subventionne ces opérations avec des méthodes inspirées de la désintoxication des alcooliques signifie au djihadiste qu'il est un abruti à normaliser.

Plus habiles sont les méthodes acceptant le point de vue religieux ; elles sont destinées à montrer que le djihad n'est pas licite, que le califat est une déviation et qu'il s'y pratique un mauvais islam. Mais encore faudrait-il que les djihadistes n'aient pas été mis en garde contre les "hypocrites", les imams qui tenteraient ainsi de les raisonner et seraient de mauvais bergers et que le contre-discours n'apparaisse pas estampillé par le gouvernement : à leurs yeux nous sommes les agresseurs, ne l'oublions pas.

Enfin on peut agir sur les vecteurs de la communication djihadiste. Soit par censure, soit plus habilement en amenant les moteurs de recherche à renvoyer les demandes susceptibles, au vu de leurs mots-clefs, de concerner le djihad vers des "bons" sites militants contre la radicalisation et le discours de haine. Mais il n'est pas très difficile de trouver du contenu djihadiste sur les réseaux sociaux.

Il serait sans doute plus efficace de produire de la fausse propagande djihadiste, de créer des divisions, de faire du piratage informatique, voire d'utiliser l'arme de l'intoxication ou de l'ironie... mais ce sont des méthodes difficiles à recommander à des bureaucraties d'État.

 Le livre disponible
 Imprimer cette page