huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Vidéos de revendication de Daesh pour Nice
Pour eux, c'est Valls qu'il faut remercier


Déjà la machine à déni s'était mise en marche : l'attentat de Nice était présenté comme l'acte d'un déséquilibré, isolé, trop récemment converti au jihad pour que ce ne soit pas louche, un ringard pas vraiment en contact avec l'Etat islamique, ce dernier se contentant sans doute de récupérer un fait divers par pur opportunisme...

Patatras : voici que le procureur nous montre que Mohamed Lahouaiej Bouhlel préparait son acte depuis des mois, passait plus de mille appels téléphoniques à des complices, bénéficiait de soutiens, etc. Loin de l'image du dingue pris d'un coup de folie sans rapport avec la religion ou avec l'EI.

Pour ceux qui auraient encore des doutes, l'État islamique, non seulement revendique, mais aussi explique, dans deux vidéos. L'une est produite par son département de communication de Ninive (Ninawa) avec des partie en français et en arabe. L'autre provient d'al Furat également dans un mélange des deux langues. Dans les deux - même chants, mêmes montage de séquences des attentats en France. Le tout mélangé aux habituelles scènes du Charles de Gaulle, de défilés militaires français, mais aussi de la promenade des Anglais et d'attentats.

La plus importante différence est que la vidéo "Ninive" comporte une scène d'égorgement face à la caméra, mais aussi devant un public conquis qui sera invité après à exprimer son approbation au micro (un enfant compris).

Dans la séquence la plus horrible (Ninawa), ce que disent les exécuteurs (après que les deux prisonniers en tenue type Guantanamo aient été interviewés dans des petites séquences incrustées où ils confessent sans doute être des espions et des agents ennemis (islamophones, si vous avez plus de précisions, je suis preneur) est très clair.
Un premier exécuteur parlant français explique alors des thèmes que nous retrouverons ailleurs :
- il se félicite de l'attaque de Nice
- nous, Français, les bombardons, le "nuage noir" de nos avions tuent des femmes et des enfants de l'Oumma
- ils ne font que se venger et c'est justice, en frappant la terre de France
- les griefs : c'est le "peuple de Charlie", nous insultons le Prophète, nous sommes débauchés, et notre prétendue liberté est une offense
- et surtout, nous sommes complices de notre gouvernement (nous payons des impôts, nous descendons dans la rue pour protester contre la loi travail, mais pas contre les crimes de guerre commis en notre nom)
- Hollande et Valls sont les principaux coupables
- ils agissent au profit de quelques lobbies sionistes, pétroliers, de l'armement...
- la France qui s'est ainsi déclarée ennemie de Dieu va subir la vengeance sur sa terre et découvrir ce que c'est que de perdre des civils innocents
- conclusion : attendez vous au pire : cela va bientôt arriver dans les rue de Paris et Marseille (ainsi le second exécuteur insiste : "Regarde François Hollande, c'est ce qui se produira bientôt dans les rues de France")

Un des tueurs, la tête de sa victime à la main nous confirme que nous avons déclarés la guerre à Allah et que nous ne connaîtrons que la défaite . Et pour ceux qui n'auraient pas compris, passe en bande son (a capella, bien sûr) un chant religieux et politique en français, par de charmantes voies enfantines :

Ceinture C4 branchée,
dans une foule déclenchée
j’explose des Français
c'est Valls qui faut remercier

J'élimine des Français
des Musulmans s'élancent
s'explosent au stade de France
ça déclenche l'état d'urgence
ça crie dans tous les sens
c'est Valls qu'il faut remercier


À noter aussi dans la vidéo : des images d'actualité, des discours de Hollande, les porte-avions français, énormément de victimes civiles avec des plans très rapprochés de bébés tués et une intervention télévisée de Onfray où il dit en substance que nous les bombardons et que les musulmans qui ne sont pas idiots exercent une rétorsion par les attentats.

Sur l'autre , celle d'al Furat intitulée "Votre silence vous tue" défilent des photos de martyrs francophone comme Coulibaly, al Jazari, Al Baljiki (on voit même un djihadiste français s'entraîner au tir en disant "Ça c'est pour François Hollande"); Des séquences en noir et blanc de personnages mystérieux préparant des bombes, échangeant des valises cachées et circulant dans nos villes créent un atmosphère un peu feuilleton d'espionnage
Une déclaration de François Hollande disant que "C'est un acte de guerre qui a été commis dans nos rues par une armée jihadiste contre la France, contre les valeurs que nous défendons partout dans le monde", est reprise au titre de la reconnaissance de la réalité par l'ennemi.
"Votre silence vous tue" annonce un discours dans notre langue par un jihadiste masqué qui explique que nous sommes étonnés par ces tueries, (Bataclan, attaque individuelle de Maganville, promesse d'attaque pendant l'Euro mais qui - par ce qu'il présente apparement comme l'effet d'une bonne ruse" - a eu lieu finalement non au stade de France, mais pour la célébration du 14 Juillet. "Des corps déchiquetés, des cris de femmes.., c'est triste n''est-ce pas ? mais nous vous avons fait subir un petit moment de ce que vous avez fait subir aux Musulmans en Syrie et dans d'autres pays". Avec images des victimes civiles de bombardements et oujours sur fond de chants enfantins "Pour vous il n'y a rien de sacré, votre sang coulera. Ils bombardent nos écoles".
L'homme masqué fait honte aux musulmans qui ne font pas vengeance et ne tuent pas des mécréants par n'importe quel moyen (avant l'inévitable séquence de Onfray sur la vengeance des bombardés). Le tout pour conclure que les drames que nous vivons ne sont que la conséquence de notre passivité face à notre gouvernement assassin notre vrai ennemi, le vrai responsable.

"Quand on promet on tient" : la menace finale (le couteau brandi à la main) s'adresse à nous : le pire nous attend si nous restons dans notre passivité criminelle.
À ce stade, il devient, en effet, difficile de se boucher davantage les oreilles. :nous sommes dans une pure logique de rétorsion du point de vue géopolitique et de loi du talion en termes religieux.
Le moteur de la vengeance et de la contrainte fonctionne toujours parfaitement en dépit de tous nos délires interprétatifs.


Nota : les lecteurs nous pardonneront de ne pas donner les liens des deux vidéos pour des raisons évidentes.

 Imprimer cette page