huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
La vidéo de Daesh sur les attentats de Paris
Neuf tueurs nous parlent


Que nous apprend la nouvelle vidéo en français (sous-titrée par endroits en anglais) de al-Hayat, le "centre de communication" de Daesh ? Nous venons de la voir, mais on nous pardonnera de ne pas donner l'hyperlien.
On y voit s'exprimer neuf des terroristes qui ont perpétré les attentats du 13 novembre sous leurs noms de guerre (al Faransi, al Balgiki..). ils sont Français, Belges et Irakiens. Ils parlent en coupant des têtes de condamnés. Ce qui, soit dit en passant, prouvent que tous les membres du comando ont pu aller pratiquer le jihad sur la "terre de Cham" et revenir en Europe, ou, pour les Irakiens (qui, eux, s'expriment brièvement en arabe) se glisser dans les flots de réfugiés.
A noter aussi qu'Abbdeslan, toujours en fuite n'y figure pas, sans doute parce qu'il a fui le martyre et qu'il n'est pas un des "neuf lions" qui ont accompli leur mission.
Au-delà de la complaisance dans l'horreur (égorgements et décapitations en gros plan, jihadiste hilares tenant les têtes), il s'agit d'un message qui nous est adressé à nous et aux musulmans restés en Occident :
- Le message est d'abord politique : il s'agit de rétorsion. Ils nous punissent pour l'intervention de la coalition, les bombardements aériens, la politique d'Obama ou de Hollande. Le message est répété par chacun des participants : vous tuez nos frères et nos sœurs, nous allons vous tuer en compensation. Sans pour sang. Et dans leur optique tout citoyen occidental qui a élu ceux qui décident de la guerre en Irak et en Syrie (curieusement, ils disent "vos gouverneurs") est responsable, donc mérite la mort. Le slogan "tuez les où que vous les rencontriez" (qui donne son titre à la vidéo) est donc justifié suivant la loi du talion et ils se considèrent (et considèrent tous les musulmans conscients) comme en état de légitime défense. Ils continueront "tant qu'il y aura des frappes". Un autre dit : "vous nous envoyez des avions de chasse, nous vous envoyons des chasseurs".
-Chacun peut participer, un des jihadiste rappelle d'ailleurs que celui qui n'a pas de Klachnikov peut frapper un infidèle chez lui avec un couteau ou une pierre. Nous sommes donc bien dans une configuration classique d'usage stratégique du terrorisme : je combats l'adversaire partout où je peux pour faire céder sa volonté politique et l'amener à renoncer à m'attaquer. Aux yeux des jihadistes il faut répondre par un terrorisme défensif au terrorisme agressif de l'Occident. Ils n'expriment aucun ressentiment à l'égard de nos libertés, de nos valeurs, de la République ou des filles qui prennent des bières en terrasse : ils punissent le peuple pour les fautes des dirigeants et de façon plus générale pour l'offense faite collectivement aux musulmans.
- La question de la territorialité est fondamentale : vous êtes sur la terre des musulmans, nous vous frappons sur votre terre. Et nos frère qui sont restés sur votre terre ont une obligation individuelle de faire le jihad ; s'ils ne se révoltent pas contre vous, les mécréants, c'est qu'ils sont lâches, complices, hypocrites.
- Pour bien souligner que le message s'adresse à tout un chacun, certains des exécuteurs précisent avant de couper une tête que tout citoyen européen doit s'attendre au même sort et que cela doit hanter nos cauchemars. L'effet de peur et d'incertitude (vous êtes tous concernés) est dinc recherché.
- Le message est bien double : menace adressée aux ennemis mécréants et appel à la révolte, diatribe faisant honte aux musulmans d'Europe qui restent passifs et ne participent pas au jiahd défensif obligatoire. Un des terroristes se moque même de ceux qui vont au Pôle emploi ou touchent des allocations, sur le ton "jusqu'à quand allez vous supporter votre humiliation ?" Les musulmans "restés en arrière", qui ne font pas le hijrah (aller en terre d'islam) et le jihad sont donc des hypocrites condamnables.

Sur la forme maintenant :
- Elle est évidemment très soignée avec un montage très "cut", très rapide et moderne faisant alterner des images de type générique de journal télévisé (avions et navires participant aux frappes, chefs d'État, vues d'avion, séquences des attentats de novembre...) avec les séquences confessions où les jihadistes (qui savent sans doute qu'ils iront bientôt tuer et mourir à Paris) expliquent chacun les raisons de leur combat (certains éloquemment, l'un en lisan son texte et en annonant) devant ceux qu'ils vont tuer, procèdent à une exécution avec découpage de la tête en gros plan et sourient triomphalement à la caméra.
- Les producteurs utilisent toutes les ressources techniques à la limite du kitsch : cibles se promenant sur l'image. À un très bref moment, le montage donne même l'impression que c'est la tête de Hollande qui roule en même temps que celle, tout à fait réelle, d'un décapité.
- La bande son est tonitruante avec des chants en français a capella "pour Allah" qui parlent de flots de sang, de cœurs remplis de joie mais qui fotn aussi allusion à l'Hyper Cacher (qui rime avec "comando militaire") ou à la rue de Charonne, histoire de replacer les élans lyriques dans un cadre historique.
- Ce lyrisme on le retrouve dans le vocabulaire où il est question de lions de l'Islam, de goûter le sang, d'éloigner l'amertume, de couteaux qui s'approchent de vos gorges dans votre sommeil.

Jamais la fonction publicitaire ouvertement assumée (effets d'annonce, image ultra dynamique, fond sonore,implication du spectateur, techniques de rhétorique de l'image, esthétisation ...) n'a été mise au service d'un message de défi et d'humiliation aussi clair. Difficile, cette fois de ne pas comprendre ce qu'ils veulent et qui est simplement la victoire politique et religieuse.

 Imprimer cette page