huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Lectures jihadistes
Pour comprendre ce qu'ils pensent, pourquoi ne pas aller directement aux sources ? Le troisième et récent numéro de Dar al-Islam, la revue francophone en ligne de l'État islamique est sans ambiguïté. "Ce que nous voulons démontrer dans ce numéro est simple. L'État islamique est le seul endroit au monde depuis des siècles où la loi d'Allah est appliquée. Il est donc une obligation pour tout musulman de rejoindre la Willayah la plus proche, s'il ne peut faire cela, qu'il frappe les ennemis d'Allah où qu'ils soient." Et ces ennemis (les "associateurs") ce sont les persécuteurs des sunnites chiites, occidentaux, bien sûr, et même les faux croyants comme les Saoudiens. Ou n'importe qui dans un État occidental. Cela fait du monde.

Le plus fascinant dans la logorrhée de l'État islamique, c'est la logique qu'elle développe à partir de postulats simples :
- la territorialité - la fondation d'un État sur une terre enfin pure, la seule où les croyants peuvent et doivent vivre de façon digne -. D'où découle l'obligation d'émigration (valable jusqu'à la fin des temps !), la Hidjrah, un devoir valable même pour les femmes d'aller y vivre, les châtiments les plus effroyables étant promis à ceux qui n'accomplissent pas ce devoir (sauf cas de force majeure). Voilà qui constitue l'irrésistible facteur d'attraction amenant des milliers de jiahdiste à rejoindre la Syrie et l'Irak
-l'obsession de la palingénésie, la renaissance ou le retour, ou plutôt le désir fou d'annuler l'Histoire pour revenir à un temps mythique (le califat d'avant 1916, les fameux accords Sykes-Picot découpant le Moyen-Orient)
- l'urgence d'instaurer le califat ici, maintenant et partout : nous en sommes donc au stade d'une sorte de lutte finale
le sentiment d'une persécution qui durerait depuis des siècles
- la réduction de toute hostilité à des causes théologiques : la mécréance, la fausse religion, l'idolâtrie (significativement le numéro, justifiant les destructions d'œuvres d'art se nomme "La destruction des idoles") ou l'absence de foi dans les fondamentaux, à commencer par l'unicité d'Allah.
- le culte du martyre : une opération kamikaze est légitime (étonnants éloges de la ceinture d'explosifs, par exemple ou des "martyrs" de l'opération du Bardo à Tunis) en dépit de la prohibition du suicide, puisqu'un tel acte est "utile aux musulmans", donc théologiquement justifié.

À partir de ces bases simples se développe une rhétorique sans concession. Si vous admettez ces prémisses, vous pouvez, comme un des mouhadjidines interviewés, annoncer que le drapeau de l'Islam flottera bientôt sur l'Élysée et que "vos femmes et vos enfants vont être vendus sur les marchés de l'État islamique". L'esprit d'utopie et l'accumulation d'un ressentiment sans borne ni raison aboutissent à une interprétation de la réalité assez impénétrable à nos esprits occidentaux mais qui suscite une dynamique incroyablement efficace sur des millions de cerveaux.

Dans un autre genre, une lecture étonnante, le manuel jihadiste "Surviving in the West"(un guide du mouhadjidine 2015 destiné aux musulmans vivant en Europe). Sauf à imaginer que c'est un "pot de miel" fabriqué par un service secret occidental pour ramasser les Gaston Lagaffe du terrorisme, il donne une idée assez enfantine de l'imaginaire des jihadiste. Il compile toutes les recettes de guérilla urbaine ou de vie dans la clandestinité comme l'on peut en trouver dans des revues américaines type Soldiers of Fortune ou Survive et frise parfois le comique. Les conseils aux "agents secrets" avec les lentilles de contact colorées et les fausses moustaches ou les suggestions d'entraînement au Krav Maga (pourtant un sport israélien de self defense) plus tir au pistolet arbalète font plutôt sourire. On trouve les inévitables recettes du cocktail Molotov ou des bombes bricolées avec un four à micro-ondes, quelques conseils de base pour ne pas se faire prendre sur Internet (en utilisant Tor, par exemple) qui ne seront pas des révélations pour quiconque a fait un service militaire ou fréquenté un cybercafé.
Mais en dehors de l'aspect "la guérilla urbaine pour les nuls", les justifications idéologiques laissent songeur : les maîtres du monde, qui persécutent l'Islam "depuis mille ans" et qui, bien entendu commandent aux médias ne laissent aux musulmans que la ressource de résistance militaire. On cite abondamment l'exemple des frères Kouachi et de Coulibaly dont on analyse longuement les techniques et on agite le spectre d'affrontements armés avec des milices néo-nazies que n'aurait pas imaginé Houelbecq. Le tout dans la perspective d'une guérilla gagnant les villes d'Europe qui a de quoi nourrir tous les fantasmes.
Ou nous sommes en présence d'un canular (ce qui n'est certainement pas le cas de Dar al-Islam) ou les apprentis jihadistes se font une représentation de la réalité digne d'un jeu vidéo. Mais dans les deux cas, nous avons vraiment des efforts à faire pour comprendre des catégories mentales aussi totalement étrangères aux nôtres.

 Imprimer cette page