huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Les cahiers d'Aqmi
Realpollitik chez les jihadistes

Les cahiers d'Aqmi, le document daté de Juillet 2012 et découvert à Tombouctou par des journalistes français,  sont-ils authentiques ? Il n'y a guère de raison d'en douter et  ce n'est pas la première fois que l'on découvre des document jihadistes (y compris vidéo) par hasard. Par ailleurs, ni son contenu, ni sa cote (23/224 23° document de l'année, 224° produit par Aqmi) ne prêtent vraiment au soupçon. Partons donc du postulat qu'il ne s'agit pas d'une manœuvre de désinformation (dont on voit mal l'intérêt en ce moment)... 
Le texte émane de Droukdel, sensé être le chef d'AQMI et a été écrit à destination de ses "frères émirs" (ce qui prouve que la vieille habitude remontant à l'époque du GIA algérien de se donner des titres d'émir à tout-va n'a pas disparu) Ce texte a été rédigé durant l'été de l'année dernière, dans la phase d'occupation de l'Anzawar (nord du Mali) avant l'intervention française.
On pourrait le résumer en disant que Droukdel, certainement un des hommes les plus fanatiques et les plus sanguinaires de la planète, y prodigue des conseils de modération. Ou plutôt que celui que les médias nous présentent comme un tueur fou à découvert la nécessité de la Realpolitik. Et notamment de l'idée qu'en situation de faiblesse relative il faut chercher des alliés, éviter les provocations et préparer l'avenir de façon à transformer sa faiblesse en force à un stade ultérieur de la lutte.
Ce texte est écrit en une période où une coalition islamiste (AQMI, Mogao, Ansar ed-Dine, MNLA) s'est emparée d'un territoire considérable et y fait régner sa loi.
Mais les plus lucides comme Droukdel savent bien que les Occidentaux ne sont pas que des tigres en papier et qu'ils interviendront bientôt (la France en l'occurrence). Douze ans après les talibans d'Afghanistan, l'idée d'installer tranquillement un État islamiste dans un seul pays, d'en faire une vitrine du fondamentalisme pur et dur en même temps qu'une base arrière pour les frères, cette idée là n'a guère d'avenir. Si Droukdel n'écrit pas noir sur blanc qu'il faut s'attendre au sort de l'Irak et de l'Afghanistan, donc se préparer à retourner à la guérilla ou à la clandestinité, il le pense très fort. Par ailleurs fait partie des internationalistes du jihad dont les ambitions ne se bornent pas à l'établissement d'un émirat trop isolé pour durer.
D'où les notions très simples que développe le chef jihadiste. N'abusant guère des références religieuses, il s'exprime sur un ton presque léniniste de cynisme.
Ne pas pratiquer une politique maximaliste.
Nouer des alliances avec les autres groupes, y compris pour diluer les responsabilités de son propre courant  si les choses tournent mal.
Faire des compromis avec les plus modérés (notion relative en l'occurrence) et respecter leurs identités, notamment touareg.
Distinguer, à l'exemple de ben Laden les moments de force où l'on peut imposer sa loi ou réaliser son programme et les moments de faiblesse où il faut faire des concessions si l'on veut nouer un jour une coalition victorieuse
Se spécialiser plutôt dans la dimension internationale du combat tout en soutenant la constitution d'un gouvernement islamiste intérimaire.
Respecter le rapport de force avec le MNLA
S'investir dans les institutions en train de se créer.
Éviter l'exclusion ou l'excommunication des autres tendances
Ne pas reproduire des fautes comme la destruction des mausolées ou le rétablissement de la flagellation pour fornication : de telles provocations ne rapportent rien, font perdre des soutiens et donnent des prétextes aux adversaires.
Et ainsi de suite pendant 80 pages d'appel au calme.
Et ce sont les mêmes qui revendiquent l'attentat suicide qui a fait sans doute seize morts le 28 septembre à Tombouctou ? Ce sont les mêmes.
Que les mêmes dirigeants puissent simultanément pratiquer des trafics lucratifs (dont le trafic d'otage), envoyer des kamikazes se faire sauter, développer un réseau transfrontalier, mener une guérilla longue et dure et gouverner des provinces, voilà qui ne correspond pas très bien à nos schémas mentaux, mais à quoi il faut nous habituer. Les terroristes mutants d'Afrique de l'Ouest (et sans doute aussi de l'est avec les Shebab) apprennent et s'adaptent.

 Imprimer cette page