huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
Technologies de libérations vs contrôle technologique
Nouveau numéro de l'Observatoire Géostratégique de l'Information


Le nouveau numéro de l'Observatoire Géostratégique de l'Information, lettre électronique gratuite sur le site de l'Iris ...



À rapprocher des numéros sur lacyberstratégie et surtout du numéro d'il y a un an sur les révoltes du monde arabe.

Il y a environ un an, l'Observatoire géostratégique de l'information publiait un numéro sur les révolutions arabes et sur le rôle des réseaux sociaux .


 Nous y disions, quitte à être rabat-joie et à rebours de l'opinion dominante, que ce rôle n'était 


- ni tout-puissant, 


- ni une cause suffisante (à supposer qu'il s'agisse d'une cause nécessaire), 


- ni unique, 


- ni explicable hors de son contexte (et notamment d'une écologie de médias plus anciens), 


- ni forcément au service des démocrates, ni, peut-être, aussi efficace une fois renversés les pouvoirs qui s'appuyaient sur le monopole de la parole. 


Nous disions aussi que l'État dictatorial ne serait pas incapable d'évoluer et qu'il inventerait sans doute d'autres méthodes contre les cyberdissidences et protestations sur les réseaux sociaux. Sur ce point l'exemple syrien ne nous a sans doute pas démentis.


Rien de ce qui précède ne contredit le fait que les réseaux ou médias sociaux jouent un rôle crucial en créant un nouveau type de relations communautaires et qu'ils semblent désormais associés à toutes les formes d'action politique.


Le prochain numéro de l'Observatoire Géostratégique de l'Information, sur le site de l'IRIS,  pose la question des technologies dites de libération et de contrôle. Elles sont destinées, pour les premières, à favoriser l'expression ou l'organisation de groupes protestataires et pour les secondes, à les combattre. Cette terminologie (d'ailleurs critiquable), passe dans l'usage, même si certains préféreraient parler de contournement de la censure ou de surveillance.  


Qui l'emportera ?


Les machines et les logiciels qui permettent de :


- Couper Internet ? 


- Baisser le débit pour rendre impossible la transmission d'images ? 


- Contrôler en amont des fournisseurs d'accès plus faciles à contrôler ? 


- Reconvertir des technologies destinées à protéger le droit d'auteur et la propriété intellectuelle en machines policières ?


- Empêcher les contenus illicites de circuler en repérant des mots clefs ou des images ?


- Profiter de l'existence de réseaux d'opposants pour les repérer et anticiper l'action de l'oppositions ? - - Mobiliser ses partisans pour qu'ils submergent les messages des contestataires ou qu'ils attaquent leurs sites ? 


- Arrêter les internautes "dans la vraie vie" ?  S'infiltrer pour désinformer ou repérer les adversaires ? 


- Obtenir (éventuellement après interrogatoire) des mots de passe et se faire passer pour des dissidents ?


Ou au contraire les dispositifs de cryptologie, d'anonymisation de création de réseaux privés, de journalisme citoyen, etc ?


De quels outils a-t-on besoin pour se libérer ou se rebeller ?


-  On songe tout de suite à des moyens d'expression qui permettent d'envoyer des images de la répression aux médias internationaux. 


- Ou aux blogs qui font émerger des dissidents influents hors des appareils politiques. 


- Mais l'action collective suppose d'autres fonctions : se connecter à des inconnus, agrandir le réseau, se coordonner, redoubler la diffusion publique de messageries privées, et bien sûr se rendre anonyme.  


- Sans oublier les simples impératifs de la connexion : avoir un réseau, un point d'accès à Internet, en dépit des coupures, des censures et des baisses de débit.  


Ushaidi, Pirate Box, Tor, Commotion... des noms nouveaux apparaissent pour désigner des outils spécialement conçus pour aider les dissidences.


Quelle stratégie, - du faible ou du fort- pour quelle technologie et dans quelle perspective politique ?


Le Sommaire


Contrôle et guérilla à l'ère numériqueF.B. Huyghe


Internet : l'impossible contrôle L. Morillon


Société du fichage vs  Société de défiance : qui remportera la mise? N. Arpagian


Cyberdissidence et changement social : les sociétés de l'information libre A. Gévaudan


Préserver l'anonymat par un identité numérique de confiance B. Boyer


Pirate Box : mode d'emploi Quelles applications et quelles limites? P. Blanc


Le dilemme chinois du dictateur C. Bwele


La logique de l'épée et du bouclier dans l'univers du cyberespace Y. Harrel


Débat C. Bwele et Y. Harrel


Technologies "de libération" : quelle réalité? F.B. Huyghe


Glossaire



@huyghefb


 Télécharger ici
 Imprimer cette page