huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Cyberattaque contre des sites jihadistes
Le cyberjihad fait fantasmer depuis dix ans, sans que les islamistes aient jamais rien fait d'autre que ce que font tous les autres courants politiques ou religieux, terroristes ou pas : recruter, discuter sur des forums, échanger des messages (il est vrai avec des contraintes de secret très particulières), utiliser les réseaux sociaux pour vivifier leur communauté et motiver leurs partisans...  Nouvelle raison de ne relativiser les risques du jihad dit "2.0" (en terme de nocivité pure, pas de propagande, bien sûr) : si vous êtes visibles sur le Web, vous êtes vulnérable. Et si des hackers peuvent s'attaquer au administrations d'État démocratiques, ils peuvent s'en prendre à des sites jihadistes, même si certains utilisent des serveurs en Malaisie, au Costa Rica, dans la bande de Gaza ou n'importe où où notre justice est impuissante.
Des attaques spectaculaires contre des forums jihadistes se sont récemment multipliées. Le forum Shumukh al Islam est hors de fonction depuis le 22 mars et d'autres sites comme al Fida ou des comptes Twitter de la même mouvance se déclarent victimes de cyberattaques (sans compter l'exemple du site jihadiste français de Fosana Alizza récemment débranché).
Bien entendu le Cybercommand US et les autres agences nient avoir la moindre responsabilité dans ces agissements. Donc officiellement, ces attaques ne viennent pas d'acteurs étatiques ni de groupes contrôlés par des services US éventuellement aidés par des Israéliens ou autres. Mais au cas très improbable où ce ne serait pas totalement vrai, il faudrait s'interroger sur ce changement de stratégie.
Les forums jihadistes sont un monde complexe avec son vocabulaire,ses règles et sa hiérarchie - bien étudié, par exemple, par un Mathieu Guidère - où les initiés sont censés repérer les fameux loups solitaires en train de s'auto-radicaliser à l'occasion d'échanges avec une communauté de frères. On aurait donc pu penser qu'il était plus intéressant de conserver ces lieux d'échange bien repérés pour les étudier, éventuellement  pour les infiltrer ou s'y livrer à de la désinformation. Même s'il est difficile de reconnaître officiellement que l'on pratique ces méthodes.
 Il semblerait (restons toujours au conditionnel) qu'une nouvelle stratégie privilégier l'effet de perturbation et d'interruption (il n'est pas si simple et rapide de recréer immédiatement un forum connu de tous) et que l'on reproduise sur les forums une sorte de chasse qui frappait les site "officiels" jihadistes depuis une dizaine d'années.
Avec la possibilité que les jihadistes et leurs sympathisants se réfugient sur Facebook et Twitter, poursuivant un mouvement déjà entamé depuis du plus hiérarchique au plus informel et du centre à la base : sites, puis forums, puis discours de la base sur les réseaux sociaux.

 Imprimer cette page